Le projet MURS DE L’ATLANTIQUE (2013-2015) balaie du regard le territoire breton et propose un dialogue visuel entre deux phénomènes: les restes du Mur de l’Atlantique (blockhaus, casemates, bunkers), qui occupent le littoral de manière lourde et permanente; et les free parties, qui apparaissent spontanément dans les campagnes et sur les côtes, pour disparaître aussitôt.

Cet ensemble photographique se décline sous la forme d'installations, et de publications indépendantes.

Murs de béton

Des concasseurs de galets de Tréguennec à la batterie militaire Kéringar de la pointe Saint-Mathieu, les chemins du littoral sont jalonnés de nombreuses constructions bétonnées aussi austères qu’inaltérables: casemates, tobruks, blockhaus, bunkers... Si quelques cartes en indiquent la position, on peine encore à catégoriser ces blocs de béton qui impactent le paysage telle une épaisse cicatrice. Partiellement recouvertes de végétation, enfoncées dans la terre, ces structures lourdes et grisâtres résistent au temps - mais aussi à l’oubli.

La «machine de guerre nomade» conquiert sans être remarquée et se déplace avant qu’on puisse en tracer la carte. - Hakim Bey

Murs de son

Au sein de ce même territoire, dans les campagnes isolées ou le long de ce même littoral, les free parties apparaissent çà et là. Elles s’installent dans les zones périphériques, les friches, les terres à l’abandon, les bâtiments désaffectés, et réinjectent de la vie dans ces espaces délaissés, pour la durée d’une nuit, parfois deux. Amas de bâches, tentes, groupes électrogènes et camions, ces rassemblements illégaux, héritiers des utopies pirates, forment des «Zones Autonomes Temporaires»: à peine éclos, ils disparaissent avant de se faire repérer.

Îlots de liberté pour certains, zones de non-droit pour d’autres, leur caractère éphémère et clandestin leur permet d’exister et de se renouveler sans cesse. Chaque week-end, la fête se déplace dans un nouveau lieu, tenu secret jusqu’à la dernière heure, où résonnent les basses d’une techno radicale.

La TAZ est une opération de guérilla qui libère une zone (de terrain, de temps, d’imagination) puis se dissout, avant que l’État ne l’écrase. - Hakim Bey

MURS DE L'ATLANTIQUE offre un regard sur le territoire et son occupation, et fait résonner deux phénomènes distants à travers des notions communes de mur, de cartographie et de résistance (le mur d’enceintes devenant, par métaphore, un ouvrage défensif temporaire). Ce projet propose dans un même temps une promenade poétique sur des endroits isolés, interstitiels, ouverts, qui dessinent le paysage breton.